L’ouverture à la concurrence : une opportunité en danger

Alors que la Région Sud vient d'annoncer la mise en concurrence de plusieurs lignes à horizon fin 2022, les entreprises ferroviaires alternatives sont inquiètent quant au devenir réel de l'ouverture à la concurrence.

L’Association française félicite la Région Sud qui a récemment publié un préavis d’information annonçant l’ouverture à la concurrence de plusieurs lignes (Marseille – Toulon – Nice; Les Arcs-Draguignan – Nice – Ventimiglia; Cannes – Grasse et Nice – Tende) en décembre 2022. C’est une très bonne nouvelle pour les entreprises du secteur, qui défendent l’ouverture du marché du transport ferroviaire de voyageurs depuis de très nombreuses années, mais également pour les voyageurs.

Malheureusement, cette annonce arrive alors que les décisions prises par le Gouvernement dans le cadre de la rédaction des décrets et ordonnances issus de la Loi pour un nouveau Pacte ferroviaire suscitent de vives inquiétudes au sein de la filière. En effet, les textes, s’ils sont publiés en l’état, imposent à l’ensemble des opérateurs ferroviaires l’organisation interne de SNCF Mobilités, organisation en grande partie responsable de la faible qualité de service offerte par l’opérateur historique. Pire encore, les choix du Gouvernement risquent d’engendrer des distorsions de concurrence entre l’opérateur historique et ses futurs concurrents.

S’il persiste dans cette voie, le Gouvernement pourrait mettre à mal très sérieusement l’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de voyageurs.

Vous pouvez retrouver ici le communiqué de presse que nous avons publié à ce sujet.