Une grève pour rien!

Plusieurs syndicats de cheminots ont lancé, le 3 juin, un appel à la grève reconductible à partir du 10 juin, pour s’opposer à la réforme du système ferroviaire qui sera prochainement discutée au Parlement.

Avec cette réforme, les entreprises membres de l’AFRA constatent que l’opérateur historique se trouve considérablement renforcé. Le système ferroviaire revient à son organisation d’avant 1997. Le gestionnaire d’infrastructure RFF, fort de ses 50 000 nouveaux salariés  appartenant à la SNCF, est de nouveau placé sous la responsabilité de l’opérateur historique.

Les grèves menacent le renouveau du fret ferroviaire en France
L’AFRA en appelle à la responsabilité des organisations syndicales et des personnels pour préserver l’acheminement du fret par le ferroviaire.
Au cours des huit dernières années, l’arrivée des nouveaux entrants a redynamisé l’activité ferroviaire. Si le marché national s’est contracté de 1,3% en 2013, le volume transporté par les  nouveaux opérateurs a progressé de 16,2% grâce à une offre diversifiée. La part modale du rail dans le transport de marchandises a  progressé entre 2010 et 2012 d’un point pour atteindre 10,4%. Parallèlement, la publication des chiffres de  l’EPSF (Etablissement Public  de Sécurité Ferroviaire) et de l’ERA (Agence ferroviaire européenne) prouve que la sécurité du transport sur le rail s’est sensiblement améliorée ces dernières années.
Déjà les grèves récurrentes de l’année 2010 avaient entraîné un blocage des circulations et fait perdre au secteur ferroviaire plusieurs points de croissance.
Le trafic a, par exemple, été fortement réduit entre la France et l’Espagne suite à la fermeture, pendant plusieurs mois, de la frontière ferroviaire. Plusieurs grands donneurs d’ordre, comme les groupes automobiles allemands, ont retiré du rail le marché du transport de pièces détachées pour le transférer vers la route. Pour les nouveaux entrants, le manque à gagner lié aux grèves de  2010 a été estimé à plusieurs dizaines de millions d’euros.
En période de perturbation, l’AFRA souhaite que tout soit mis en œuvre pour que la circulation des trains de fret soit assurée et réclame la continuité du service par la mise en place de solutions de remplacement en cas de grève.
C’est à ces conditions que l’activité ferroviaire restera compétitive face à son seul concurrent : la route.

L’Association Française du Rail  (AFRA) :L’AFRA compte  parmi ses membres les entreprises actives dans le transport de fret : Colas Rail, EuroCargoRail, ETF Services, Europorte France, OSR France, Trenitalia, T3M.

Contact : Jacques Malécot, Délégué Général tél : (33)1 45 26 28 27 – (33) 6 27 22 83 44