La dégradation du rapport rail/route au cours des vingt dernières années

Depuis 2000, le fret ferroviaire subit une érosion et perd des parts de marché au profit de la route. Cette part est passée de plus de 15 % en 2000 à environ 10 % en 2012. Ce déclin du fret ferroviaire n'est pas nouveau. Il s'inscrit dans une pente continue puisque ce mode assurait, en France, le transport des deux tiers des marchandises en 1950 et encore près du quart en 1985. Depuis 2000, le fret ferroviaire subit une érosion et perd des parts de marché au profit de la route. Cette part est passée de plus de 15 % en 2000 à environ 10 % en 2012. Ce déclin du fret ferroviaire n'est pas nouveau. Il s'inscrit dans une pente continue puisque ce mode assurait, en France, le transport des deux tiers des marchandises en 1950 et encore près du quart en 1985.

Évolution du trafic par destination en milliards de tonnes.km de 1995 à 2013

 

1995

2000

2005

2010

2013

 

Route

Rail

Route

Rail

Route

Rail

Route

Rail

Route

Rail

National

132,7

20,0

163,0

27,5

177,4

21,6

164,4

22,6

155,3

20,4

International

24,8

22,0

21,2

27,8

15,7

19,1

10,0

7,4

9,4

11,7

Source : à partir des données du SOeS (Service de l’observation et des statistiques du Commissariat général au développement durable – ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie). Route « pavillon français ».

L'essentiel du fret ferroviaire est composé de matières premières, de produits manufacturés et de produits agricoles. La demande de fret ferroviaire est donc directement dépendante du niveau de la production industrielle du pays et de sa capacité à améliorer son offre de service. Si la crise de 2008 a certes mis à mal ce mode de transport, son  redéploiement s’inscrit dans une politique économique de reconquête des marchés. Le retour du transport des céréales sur le ferroviaire en est un des symboles. Il constitue à lui seul un marché à forte potentialité. En Haute-Saône, autour de l’étoile ferroviaire de GRAY tout indique que le trafic devrait passer à court terme de 150 000 à 400 000 tonnes par an dans le cadre d’un partenariat entre le gestionnaire d’infrastructure et l’entreprise exportatrice Soufflet Agriculture. Les grands groupes de distribution pour des raisons écologiques comme Nestlé Waters, Unilever, Bosch und Siemens participent désormais à la dynamisation du fret ferroviaire.