Chiffres clés du fret ferroviaire en 2014

© SNCF Réseau

L’activité de fret ferroviaire s’est fortement dégradée en France jusqu’à la libéralisation du marché en 2006. La montée en puissance des nouveaux opérateurs — plus rapide que dans la plupart des pays pionniers comme l’Allemagne — a permis de freiner sensiblement ce déclin dès le début de la décennie. Ces entreprises privées ont su investir, créer des emplois et contribuer significativement au report modal. Leurs équilibres demeurent précaires, mais leur dynamique se confirme en 2014 malgré la conjoncture, les grèves de juin et les difficultés de circulation sur le réseau. Leur part de marché avec VFLI (filiale privée de l’opérateur historique) dépasse désormais le tiers de l’activité. Celle des entreprises ferroviaires membres de l’Association française du rail progresse de 0,4 pts en 2014 pour atteindre 27,4%.

Le fret ferroviaire en France

 Évolution des parts modales dans le transport intérieur de marchandises
  2013 2014
  Md de t-km % Md de t-km %
Ensemble 339,7 100 339,6 100
Routier 288,6 85,0 288,5 85,0
Ferroviaire 32,0 9,4 32,2 9,5
Fluvial 8,0 2,3 7,8 2,2
Oléoducs 11,1 3,3 11,1 3,3

(SourceDonnées SOeS retraitées AFRA)

Les parts modales n’évoluent pas davantage que l’activité (en t-km) entre 2013 et 2014. Le transport ferroviaire de marchandises tous opérateurs confondus reste sensiblement sous la barre symbolique des 10% en-deçà de laquelle il s’est installé à partir de 2012. Le léger redressement dont il fait preuve en 2014 n’en est pas moins encourageant compte tenu de la baisse enregistrée l’année dernière par tous les autres types de fret (hors transport routier sous pavillon étranger).

 

 Transports intérieurs terrestres de marchandises français par mode (hors TRM étranger)
2013 Md de t-km 2014 Md de t-km Évolution 2014/2013
Ensemble 239,1 233,7 – 2,3%
Routier pavillon français 188,0 182,6 – 2,9%
Ferroviaire tous opérateurs 32,0 32,2 + 0,6%
Fluvial intérieur hors transit 8,0 7,8 – 2,5%
Oléoducs 11,1 11,1 0,0%

(SourceA partir des données du SOeS retraitées AFRA)

Le transport terrestre de marchandises baisse en France de 1,1% en 2014. Cette chute se creuse pour atteindre 2,3% si l’on exclut le transport routier de marchandises sous pavillon étranger (en progression de 1,9%). Le transport ferroviaire de marchandises est seul à enregistrer une légère progression en 2014 mais après un effondrement de 3,7% en moyenne annuelle depuis 2008.

 

 Transports intérieurs terrestres de marchandises par destination hors transit (hors TRM* sous pavillon étranger et oléoducs)
2013 Md de t-km 2014 Md de t-km Évolution 2014/2013
Ensemble 224,7 219,4 – 2,4%
National 203,9 199,2 – 2,3%
International 20,8 20,2 – 2,9%

(Source : A partir des données du SOeS retraitées AFRA)                    * Transport routier de marchandises

L’Insee relève que le transport intérieur international enregistre  « une baisse annuelle de 4,8% depuis 2008 (…) particulièrement importante pour le transport routier ». L’impact du redressement du transport ferroviaire international de marchandises en 2014 sur l’ensemble du fret reste limité faute de politique volontariste d’incitation au report modal sur le rail.

 

Transports ferroviaires de marchandises par destination 
2013 Millions de t-km 2014 Millions de t-km Évolution 2014/2013
Ensemble 32 010 32 217 + 0,6%
National 20 289 20 137 – 0,7%
International 11 721 12 080 + 3,1%
     dont trafic entrant 3 605 3 931 + 9,0%
     dont trafic sortant 4 818 5 094 + 5,7%
     dont trafic de transit 3 298 3 054 – 7,4%

 

 

 

 

 

 

       

 

 

(Source : A partir des données du SOeS retraitées AFRA)

Le transport combiné rail-route n’a pas encore retrouvé son niveau d’avant la crise (-0,3% en moyenne annuelle depuis 2008) mais progresse pour la quatrième année consécutive. Il enregistre une hausse de 8,0% en tonnes-kilomètres et de 8,3% en tonnes transportées (performance à rapprocher des +3,9% et -1,4% respectivement réalisés en 2013 sur les mêmes indicateurs). Sa part dans l’ensemble du fret ferroviaire (plus du quart depuis plusieurs années) est passée de 26,2% en 2013 à 28,2% en 2014.

 

 Transports ferroviaires de marchandises par nature de marchandises
2013 Millions de t-km 2014 Millions de t-km Évolution 2014/2013 Contribution à l’évolution globale 2014/2013
Ensemble 32 010 32 217 + 0,6%
01 Produits de l’agriculture, de la chasse, de la forêt et de la pêche 3 776 3 209 – 15,0% – 1,8%
02 Houille et lignite, pétrole brut et gaz nature 3 107 2 684 – 13,6% – 1,3%
04 Produits alimentaires, boissons et tabac 2 235 2 241 + 0,3% + 0,0%
06 Bois, pâte à papier, papier et produits de l’édition13 Meubles ; autres produits manufacturés n.c.a. 622 390 – 37,3% – 0,7%
07 Coke et produits pétroliers raffinés 2 159 2 143 – 0,8% – 0,1%
08 Produits chimiques, caoutchouc, plastique et combustible nucléaire 2 464 2 627 + 6,6% + 0,5%
09 Autres produits minéraux non métalliques 1 716 1 740 + 1,4% + 0,1%
10 Métaux de base, produits métalliques 4 154 4 551 + 9,5% + 1,2%
11 Machines et matériel n.c.a., produits des TIC et instruments de précision12 Matériel de transport 1 332 1 577 + 18,3% + 0,8%
14 Matières premières secondaires; déchets 397 388 – 2,2% + 0,0%
18 Marchandises groupées 4 652 5 035 + 8,2% + 1,2%
05 – 15 – 16 – 17 – 19 – 20 Autres dont « marchandises non identifiables et non classées par ailleurs ». 5 396 5 632 + 4,4% + 0,7%

(SourceDonnées du SOeS)

La bonne tenue du transport ferroviaire de marchandises en 2014 est due pour une très large part au dynamisme des métaux de base, des produits métalliques et des marchandises groupées. La contreperformance des produits de l’agriculture, les carburants et les produits d’extraction (autres marchés traditionnels du rail) a, en revanche, tiré l’ensemble de l’activité vers le bas.

 Les entreprises ferroviaires privées

 Les entreprises de fret ferroviaire privées membres de l’AFRA (EF privées hors VFLI)
CA en M€ Effectifs
2014 2014/2013 2014 2014/2013
370,5 + 5,7% 2 444 + 9,6%

(Source : AFRA)

Les opérateurs privés, Colas Rail, ECR, ETF, Europorte, OSR France, confirment leur confiance dans le développement du transport ferroviaire de marchandises. Leur chiffre d’affaires progresse encore (+5,7%) mais ils ont surtout privilégié l’emploi avec 214 créations nettes d’emploi par rapport à 2013 (+9,6%).

 

La progression des entreprises ferroviaires membres de l’AFRA

Transports ferroviaires de marchandises par les entreprises membres de l’AFRA
2013 Millions de t-km 2014 Millions de t-km Évolution 2014/2013
Ensemble 32 010 32 217 + 0,6%
Membres de l’AFRA 8 638 8 840 + 2,3%

(Source : AFRA)

 

Parts de marché des entreprises membres de l’AFRA dans le fret ferroviaire
2013 Millions de t-km Parts de marché en 2013 2014 Millions de t-km Parts de marché en 2014 Évolution des parts de marché 2014/2013
Ensemble 32 010 100% 32 217 100%
Membres de l’AFRA 8 638 27,0% 8 840 27,4% 0,4 point

(Données Colas Rail, ECR, ETF, Europorte, OSR France, SOeS, Trenitalia)

Cette année encore, l’activité des entreprises privées membres de l’AFRA progresse plus vite que celle de l’ensemble des acteurs du transport ferroviaire de marchandises. Elles accroissent ainsi leurs parts de marché malgré les difficultés qu’elles rencontrent tant en matière d’accès aux infrastructures que de qualité des sillons.

 

Structure de l’activité de fret des membres de l’AFRA
Tonnes Tonnes-km Trains-km
2014 2014/2013 2014 2014/2013 2014 2014/2013
T1 5 293 658 – 1,2% 2 046 738 005 + 7,1% 4 135 236 + 0,7%
T2 5 826 603 – 7,7% 2 238 421 196 – 0,7% 4 455 106 – 6,0%
T3 5 636 579 – 6,1% 2 241 952 239 + 0,0 4 312 467 – 6,3%
T4 5 305 993 – 2,4% 2 110 584 715 + 3,5% 4 207 565 – 18,0%
2014 22 062 833 – 4,4% 8 637 696 155 + 2, 3% 17 110 374 – 7,4%

(SourceDonnées Colas Rail, ECR, ETF, Europorte, OSR France, Trenitalia)

La production des entreprises ferroviaires membres de l’AFRA marque le pas en tonnes transportées comme celles de la plupart des opérateurs tous modes confondus. Elle n’en progresse pas moins en tonnes-kilomètres malgré le fort impact sur le trafic des grèves de juin sur les résultats de l’année (- 0,7% en T2) et une période estivale toujours atone. Cette performance s’est accompagnée d’un travail d’optimisation des « groupages » qui a permis de réduire en même temps de 7,4% le nombre de trains affrétés.

 Focus sur la dégradation du rapport rail/route au cours des 20 dernières années

 

Evolution du trafic par destination en milliards de tonnes-km et du rapport rail/route de 1995 à 2014
1995 2000 2005 2010 2014
Route Rail Route Rail Route Rail Route Rail Route Rail
t-km % t-km % t-km % t-km % t-km % t-km % t-km % t-km % t-km % t-km %
National 132,7 86,9 20,0 13,1 163,0 85,6 27,5 14,4 177,4 89,1 21,6 10,9 164,4 87,9 22,6 12,1 151,1 88,3 20,1 11,7
International 24,8 53,0 22,0 47,0 21,2 43,3 27,8 56,7 15,7 45,1 19,1 54,9 10,0 57,5 7,4 42,5 8,4 48,3 9,0 51,7
Total 157,5 78,9 42,0 21,1 184,2 76,9 55,3 23,1 193,1 82,6 40,7 17,4 174,4 85,3 30,0 14,7 159,5 84,6 29,1 15,4

(SourceA partir des données du SOeS (Route « pavillon français » PTAC > 3,5t)

L’activité de fret ferroviaire ainsi que le poids du rail par rapport à la route décroissent de concert depuis le début des années 2000 — ce malgré la progression continue des nouveaux entrants. La part modale du rail dans l’ensemble du transport terrestre de marchandises est ainsi passée de plus de 15 % en 2000 à moins de 10 % depuis 2013. Ce déclin du fret ferroviaire n’est pas nouveau. Il s’inscrit dans une pente continue puisque ce mode assurait, en France, le transport des deux tiers des marchandises en 1950 et encore près du quart en 1985.