Interview

Patrick Guénolé, Président de Colas Rail depuis 2009

Guenole

Colas-Rail est bénéficiaire grâce à l’international mais l’avenir de son activité fret en France est incertain. Ce secteur y décline car l’opérateur historique ne satisfait pas les chargeurs. Les nouveaux opérateurs ne pratiquent pas des salaires inférieurs mais leur organisation du travail est plus souple.

Francis Grass, Directeur délégué de Transdev, Vice-président de l’AFRA

GRASS

L’objectif des opérateurs alternatifs est de développer le ferroviaire régional et d’éviter la fermeture des lignes. Il faut des expérimentations en matière d’ouverture à la concurrence car un apprentissage est nécessaire. La convention collective en négociation n’empêchera pas les accords d’entreprises.

Jacques Chauvineau, Président d’« Objectif OFP », initiateur des TER en France.

Chauvineau

Il faut produire plus de richesses sur un réseau qui perd deux milliards d’euros par an. Les régions doivent se préparer à la concurrence en renforçant leurs compétences et en lançant des expérimentations. Il faut soutenir les OFP car 50% des coûts du fret sont engendrés par les parties terminales du réseau.

David Martin, Chief Executive Officer du groupe Arriva depuis 2006

Martin

Arriva opère des services de transport dans 15 pays européens dont le Royaume-Uni, le Danemark et la Pologne. En France, un marché ouvert améliorerait l’offre de service et ferait baisser les tarifs. Très concurrentiel, le marché britannique est celui où l’activité ferroviaire s’est le plus développée.

Alain Thauvette, Président de l’Association française du rail

Alain Thauvette

La réforme ferroviaire va dans la bonne direction mais les gares devraient être sous la responsabilité du gestionnaire d’infrastructure. Il faut également mieux garantir l’indépendance entre le réseau et l’opérateur ferroviaire. A cet égard, le régulateur a un rôle important à jouer et il doit être renforcé.