La Gare du Nord en pleine mutation

La SNCF et la Mairie de Paris ont annoncé un vaste programme de modernisation de la première gare européenne sur la période 2015-2023. A partir de 2018, elle se verra dotée d’un nouveau hall qui comprendra un terminal banlieue, un terminal international, un terminal Eurostar et une zone départs et zone arrivées.

D’ici 2023, la gare du Nord sera en mesure de rivaliser avec la gare de Saint-Pancras à Londres. Tel est en tout cas le souhait de la SNCF et de la Mairie de Paris qui entendent mettre un terme à la critique sur la mauvaise qualité de service et d’accueil de la gare du Nord. L’enjeu est important : outre la possible perspective d’accueillir les Jeux Olympiques de 2024 à Paris, la gare du Nord est surtout le point d’arrivée des trains en provenance de nombreuses capitales européennes (Londres, Bruxelles, Amsterdam, Cologne). Chaque jour, plus de 700 000 voyageurs transitent par la première gare européenne. Trop étriquée dans son environnement, la gare du Nord doit « respirer », a déclaré Guillaume Pepy, le patron de la SNCF lors de la présentation le mois dernier du vaste «plan de transformations» de la gare pour les années 2015 à 2023. Du côté des grandes lignes, dans la partie la plus ancienne de la gare où arrivent notamment les TGV de Lille, Bruxelles ou Cologne, l’opérateur historique a décidé de réorganiser  les zones d’attente, de vente de billets et de commerces. «Nous allons bâtir une sorte de ruelle marchande sous l’actuelle mezzanine Eurostar, en réalignant l’ensemble », a expliqué Patrick Ropert, le directeur général de la division Gares et connexions de la SNCF.

2018 sera l’année de « la grande révolution »

 «Notre idée est d’agrandir la gare du Nord pour qu’il y ait à la fois un terminal banlieue, un terminal international, un terminal Eurostar, une zone départs et zone arrivées », s’est contentée d’annoncer la SNCF.Concernant les futurs aménagements de la gare pour accueillir les nouveaux opérateurs ferroviaires, la direction Gares et Connexions de la SNCF, n’est en revanche pas très prolixe. La directive 2007/58 CE prévoit pourtant depuis le 1er janvier 2010 l’ouverture à la concurrence du transport international de voyageurs.  Le dossier n’est, semble-t-il, pas d’actualité dans les gares parisiennes. Le manque d’informations sur les conditions d’accueil et de service pour les nouveaux entrants est quelque peu surprenant. Il faudra peut-être attendre 2018, pour en savoir davantage sur les nouveaux aménagements prévus dans les quatre terminaux. Cette situation proviendrait-elle de la répartition du patrimoine immobilier des gares ? SNCF Réseau ayant à sa charge la responsabilité des quais en gare – Gares et Connexions, entité à part entière de SNCF Mobilités la gestion des gares en France. L’Association française du rail (AFRA) s’est opposée à cette organisation lors de la préparation de la loi portant réforme ferroviaire du 4 août 2014. Celle-ci est plutôt favorable à un transfert de la gestion des gares à SNCF Réseau, voire à la création d’un Epic indépendant pour assurer un accès équitable et non discriminatoire des entreprises ferroviaires aux gares de voyageurs.

Aucune information sur l’accueil des nouveaux entrants

L’absence d’une stratégie à court terme sur l’accueil des nouveaux entrants en gare du Nord témoigne en tout cas d’un système ferroviaire à deux vitesses, peu favorable à la concurrence.« A ce stade, il est prématuré de dévoiler notre stratégie en la matière, l’heure est à la rénovation globale de la gare », indique la direction de la communication de la gare du Nord. Coût de l’opération ? Le montant global pourrait atteindre «?plusieurs centaines de millions d’euros?», estime Guillaume Pepy en attendant que les études sur le projet soient plus avancées.