Grève des routiers

Les fédérations professionnelles dénoncent le manque de compétitivité des entreprises routières françaises. Un chauffeur routier des pays de l’Est coûte plus de deux fois moins cher qu’un conducteur français. Les entreprises proposent à leurs clients des tarifs jusqu’à 50 % moins élevés.

En Pologne, en Hongrie, en Slovaquie et en Slovénie, mais aussi au Portugal, les transporteurs routiers rémunèrent largement leurs salariés en frais de déplacement et autres avantages non soumis aux cotisations. En France un chauffeur routier peut gagner 1 700 euros pour 220 heures de travail. L’Allemagne, qui a introduit le 1er janvier 2015 un salaire minimum de 8,5 euros de l’heure, a décidé d’obliger tous les transporteurs routiers à appliquer ce salaire à leurs employés circulant en Allemagne, y compris pour les routiers en transit. « Un conducteur représente 35 % du coût d’un transport de marchandises » reconnait Yves Fargues, président de TLF*. Les entreprises routières sont en « déficit de compétitivité » précise-t-il.

*TLF : Union des entreprises de transport et de logistique de France.