Consolidation du transport ferroviaire de marchandises en 2014

Contrairement à la route qui affiche un net repli, en particulier dans le transport de marchandises sous pavillon français, le fret ferroviaire conforte ses positions.

Selon les dernières données du ministère des Transports, 2014 se présente globalement comme une année de reprise dans l’activité du fret ferroviaire. La hausse du transport ferroviaire de marchandises est certes modeste : +0,6% pour un trafic de 32,2 millions de tonnes-km. Mais ce rebond souligne une fois de plus la résistance de ce secteur, confirme  le Service de l’Observation et des Statistiques rattaché au Commissariat Général au Développement Durable (CGDD). Le transport international connaît toujours une progression (+2,2%) mais bien moindre que celle de 2013. A contrario, la route affiche un repli de 3,6% par rapport à 2013, en raison de la forte baisse du transport routier sous pavillon français (-3,6 %), victime du recul de la production industrielle, en particulier de la production de l’industrie automobile.Face à la route qui perd 0,3 point en parts de marché national (83,7%), le ferroviaire est  toujours proche du seuil de 10 % (9,9 % exactement).

Globalement, si la conjoncture est encore marquée par la crise économique, on assiste à un moindre ralentissement des activités en 2014 par rapport à 2013, qui s’est traduit par un maintien du trafic en millions de tonnes-km, avec une sensible augmentation des trafics de marchandises dangereuses (16,6%).  La part de marché des entreprises alternatives avec VFLI (filiale privée de l’opérateur historique) pourrait approcher désormais les 35%. Aujourd’hui, la part des entreprises ferroviaires membres de l’Association française du rail (AFRA) en représente plus du quart et progresse encore en 2014. Les opérateurs privés membres de l’AFRA affichent — entre octobre 2013 et septembre 2014 inclus — une part de marché de 27,4 %  pour un trafic de 8 766 millions de tonnes.km.