Le rail public pèse plus de 50% des subventions aux régimes spéciaux de retraite

Selon le ministère de l’économie et des finances, le déficit des régimes spéciaux de retraite coûtera en 2014, 6,52 milliards d’euros aux contribuables français. Plus de la moitié de ce total est dû au déficit du régime de retraite de la SNCF (3,36 milliards), le groupe ferroviaire versant des pensions à 280.000 personnes alors que les cotisants ne représentent qu’un peu plus de la moitié de ce nombre.

A la RATP, les cotisants couvrent moins de la moitié des prestations, ce qui génère un déficit de 634 millions. Le départ à la retraite s’effectue à 50 ans pour les conducteurs de trains ou de métros, d’autres catégories de personnel quittant le travail à 55 ans. Suite à la réforme de 2008, la durée de cotisation nécessaire pour une retraite à taux plein s’est cependant accrue et l’âge moyen de départ à la SNCF a augmenté de quatre mois l’an dernier à 55 ans et huit mois pour l’ensemble des salariés (51 ans et quatre mois pour les seuls conducteurs). Cet âge de départ va continuer à progresser du fait de la réforme de 2010 qui a relevé de deux ans l’âge légal de départ à la retraite, y compris pour les régimes spéciaux. A la SNCF, l’âge de départ sera de 52 et 57 ans à partir de 2017.