Le covoiturage en passe d’être concurrencé par l’autocar

Le secteur des autocaristes qui compte déjà Eurolines, IdBus, Megabus et Starshipper, continue de grossir avec l’arrivée d’un nouvel opérateur créé par l’Atif (Association des transporteurs indépendants de France).

Le secteur des autocaristes qui compte déjà Eurolines, IdBus, Megabus et Starshipper, continue de grossir avec l’arrivée d’un nouvel opérateur créé par l’Atif (Association des transporteurs indépendants de France).Cette association veut grandir en accueillant des exploitants indépendants afin de développer de nouvelles lignes à partir de Paris. Le bureau de l’Association regroupe trois transporteurs fondateurs : Thibault Vayron, président et fondateur de l’entreprise, Marie-Noëlle Duparcq, secrétaire des Autocars Sobetra à Pau, et Maurice Duclos, trésorier des Voyages Duclos à Toulouse. Actuellement, une dizaine de participants se sont déclarés intéressés par l’aventure.  Selon Thibault Vayron, interrogé ce mois-ci dans la Vie du Rail, l’association pourrait débuter son activité cet été, dés que seront appliqués les décrets d’application du volet mobilité de la loi Macron autorisant la concurrence pour les trajets longue distance en autocars. « Les lignes seront plus faciles à lancer via l’association qui peut recourir à des contrats aidés », explique Thibault Vayron. Depuis le 1er novembre 2012, les employeurs du secteur non marchand peuvent conclure des contrats d’accompagnement dans l’emploi ouvrant droit à une aide spécifique de l’Etat et à l’exonération de cotisations patronales dans le but de faciliter l’insertion professionnelle et l’accès à la qualification des jeunes sans emploi. L’Atif devrait réaliser elle-même 10 % des dessertes (et acheter à terme des autocars) et en sous-traiter 90 % aux transporteurs. Les bénéfices et les pertes seront mutualisés. « Notre concurrent n’est pas le train mais le covoiturage, estime Thibault Vayron. Pour être compétitif, nous devons proposer des prix plus bas que le prix moyen proposé dans le cadre du covoiturage. Le voyageur bénéficie en plus de la fiabilité du car, puisque un grand nombre de cas, covoitureurs ou covoiturés ne se présentent pas au moment du départ ».
La concurrence s’annonce vive : l’opérateur historique a procédé à une augmentation de capital de 47 millions d’euros de sa filiale iDBus, pour lui donner les moyens de financer sa croissance sur le marché dont le trafic est appelé à progresser de 110 000 passagers (liaisons internationales) en 2013 à plus de 5 millions dans les années à venir.